Fiche de dégustation

Exception faite de rares collections, la finalité est bien de consommer le produit et, pour cette occasion, reste l’ultime étape qui sera de conserver les impressions d’un dégustation.
Les papilles de la langue nous permettent de percevoir quatre saveurs élémentaires: salé, sucré, acide, amer.
La bouche réagit aussi bien à la température du vin (chaud, froid…), à l’astringence (tannins), à l’effervescence (Champagne, mousseux).
Respectez le breuvage, respirez le à fond, accordez lui trente secondes…

La dégustation est une école d’humilité et on s’y exerce en faisant fonctionner sa tête, son nez, son palais: on doit mesurer le plaisir d’une dégustation.

La fiche dégustation, ci-après, peut être remplie de façon intuitive, sans connaissance spécifique.
Afin d’exploiter correctement les informations de cette fiche, la définition de certains termes est nécessaire:
Qualité de l’aspect l’aspect du vin, au travers du verre, vous parait il: excellent, bon, moyen…
Intensité de l’arôme la sensation olfactive vous permet elle de qualifier l’arôme (fruité, floral, corsé, puissant…)
Qualité de l’arôme la sensation olfactive est elle agréable
Intensité du goût la sensation gustative vous permet elle de qualifier le goût (fruité, floral, corsé, puissant…)
Qualité du goût la sensation gustative est elle agréable

Le prix

La qualité a un prix… Chacun doit pouvoir fixer son choix, en fonction de ses moyens financiers, ses goûts, sa notion de la qualité. Il faut accepter qu’un bon produit coûte, en premier, à celui qui le produit: ce coût est, normalement, intégré dans le prix de vente du produit.

Pour illustrer ces propos, citons:
– Potentialité du terroir: elle est déterminée, par la hiérarchie, entre les appellations
– Le ‘savoir-faire’ du vigneron: l’évaluation professionnelle est faite, dans les nombreux guides disponibles sur le marché
– La notoriété du vin: elle a différentes sources. Classement suite à dégustation, phénomène de mode (exemple des vins en primeurs) etc…
– La qualité du millésime: au même titre que le savoir-faire du vigneron, les bonnes et mauvaises années sont disponibles dans les guides du vin, mis en vente au public
– Limitation du nombre d’hectolitres par hectare: les vins exploités, dans une aire de production délimitée, ont un rendement à l’hectare réglementé
– Investissement en matériel, afin de mieux contrôler le processus de vinification
exemples: …contrôle de la réfrigération d’une cuve de conservation/ embouteillage sous vide/ renouvellement des tonneaux
Ceci explique, que pour une même appellation, il peut y avoir des différences de prix.

La notoriété d’un vin

Il existe une hiérarchie entre les appellations, réglant leur valeur marchande, suivant des éléments plus ou moins subjectifs comme:
– la qualité gustative
– l’aptitude au vieillissement pour certains vins
– la demande
Lorsque le niveau d’un vin est jugé excellent, des récompenses peuvent être attribuées; ce qui permet au propriétaire d’afficher la distinction sur l’étiquette.
Ces récompenses sont attribuées lors de manifestations annuelles.

Parmi les organismes officiels qui attribuent ces distinctions, citons:
– Concours général agricole de Paris
– Foire nationale des vins de Mâcon
– Concours national des grands vins en Blayais Bourgeais

Les médailles décernées se signalent sur l’étiquette ou sur la bouteille.
La quête d’une information de qualité, se trouve, aussi présente dans les brochures publicitaires diffusées par les grandes surfaces, à l’occasion des traditionnelles foires aux vins.